A la recherche de Notre Dame – « THE PAST HAS EARS »


Une expérience sonore faisant partager la recherche sur l’évolution de l’architecture et de l’acoustique de la cathédrale Notre-Dame de Paris à travers les siècles.

LE PROJET

Pourquoi entrer dans une cathédrale est une expérience si particulière ? L’ouie est parmi les sens l’un des plus insaisissables. Pourtant, nous savons que c’est dans la matière que le son vibre, dans les pierres des églises qu’il résonne. L’acoustique n’échappe pas au grand chantier de restauration ouvert à la suite de l’incendie de Notre-Dame. Le monde de la recherche se mobilise pour comprendre l’acoustique si particulière de Notre-Dame et restaurer cette dimension de la cathédrale.

Puisant dans les savoirs et les modèles virtuels développés par les chercheurs des projets PHÉ et PHEND, narrative a pour mission de proposer un prototype d’expérience sonore qui raconte les changements d’acoustique qu’a connu Notre-Dame à travers 7 périodes de son histoire.

De sa construction (1182, au début du XIIIe siècle et au milieu du XIVe siècle), à ses évolutions architecturales, au début du XVIIIe siècle puis lors des restaurations menées par Viollet-le-Duc à la fin du XIXe siècle, aux changements d’usages qu’elle a connu après la Révolution française et au cours du XXe siècle. Il s’agit de rendre compte du lien entre la matérialité de l’édifice et l’intangible du son.

Pour cela, prises de son binaural, modèles acoustiques innovants et mixage 3D permettent une immersion sonore inédite.

A la recherche de Notre Dame est une expérience sonore immersive qui nous plonge dans la tête du jeune Victor Hugo au moment où il commence ses recherches pour écrire son futur «roman cathédrale» Notre-Dame de Paris. Nous sommes en 1828. Victor Hugo a 26 ans. Notre-Dame est alors une église en état de délabrement. Elle ne sera rénovée par Viollet-le-Duc et Jean-Baptiste Lassus qu’à partir de 1843. Notre-Dame se meurt et Hugo veut la ressusciter, telle qu’elle était au Moyen-Age. Victor Hugo va se livrer à une véritable enquête / expérience sur le son de Notre-Dame nous faisant explorer ses acoustiques et paysages sonores au cours des siècles.

Conseil éditorial : Nelly Labère
Scénario : Timothée de Fombelle
Réalisation : Laurence Courtois

avec Gaël Kamilindi , Clara Ponsot, James Borniche, Jemima West, Gabriel Dufay, Kester Lovelace, Pauline Ziadé, Chloé Baker, Elsa Parent-Koenig, Prises de son : Jean-Baptiste Aubonnet, Bruitages : Elodie Fiat, Montage : Simon Cacheux, Mixage 3D : Jean-Marc Lyzwa Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris (Cnsmdp)

Production : Cécile Cros

LA RECHERCHE

PHÉ  (The Past Has Ears) est un projet de recherche transdisciplinaire et international né d’un constat : l’importance des monuments qui compose notre patrimoine architectural est étroitement liée à leur dimension acoustique. Comment les évolutions architecturales ont influencé une chose aussi intangible que le son ? Comment les changements d’usages ont changé l’acoustique des monuments ? Ce projet, coordonné par Brian Katz et financé grâce au soutien du JPI Cultural Heritage,  entend répondre à ces questions en orchestrant la rencontre entre documentation historique, architecture, reconstitution virtuelle et sciences de l’acoustique.

PHEND (The Past Has Ears Notre-Dame) est la déclinaison française de cet agenda de recherche, focalisée sur l’étude de la cathédrale de Notre-Dame de Paris. Sous l’égide de l’Agence Nationale pour le Recherche, Brian Katz et Mylène Pardoen coordonnent le projet. Fermement ancré dans une démarche de médiation, ce projet entend rendre compte des évolutions de l’acoustique à travers l’histoire et participer à la restauration de l’édifice.

 

PHEND - The Past Has Ears at Notre Dame
narrative pour les projets ANR PHÉ et PHEND

Crédits

© narrative 2020-2023

Projet PHÉ

Coordination : Brian Katz, Damian Murphy, Angelo Farina

Partenaires : Bruno Bachimont (Sorbonne Université), Emma Montgomery (University of York),  Paolo Marteli (Università di Parma), Mylène Pardoen (Maison des Sciences de l’Homme de Lyon), Antoine-Marie Préaut (Direction régionale des affaires culturelles d’Île-de-France), Mari Takanayagi (Houses of Parliament) et Savatore Gueli (Parco Archeoligico di Tintari)

Projet PHEND

Coordination : Brian Katz

Partenaires : Mylène Pardoen, Dany Sandron, Béatrice Caseau, Frédéric Biliet, Jean-Marc Lyzwa,

Prestataires : Elsa Ricaud – Sunmetron, Cécile Cros – narrative