OBJETS-RELAIS


Un film et une installation transmédia sur les objets de nos grands-parents.

 

LE PROJET :

Huit adolescent·e·s de collèges franciliens partagent un travail d’archéologie familiale et intime. Dans une salle de classe dont les murs sont recouverts d’anciennes cartes de géographie superposées, ielles prennent la parole pour nous montrer et nous raconter l’histoire d’un objet appartenant ou transmis par leurs grand-parents. À travers la description des ces bijoux, médailles, vêtements, à travers la lecture de passages de livres, de recettes de cuisine ou de codes de bonne conduite, ielles dévoilent les relations qu’ielles entretiennent (ou non) avec leurs ancêtres. Des histoires souvent méconnues ou fantasmées et pourtant très en lien avec la réalité des élèves. Au sein de l’institution scolaire, origines, traditions et langues maternelles se

dévoilent. L’acte est ici politique : celui de faire entendre à l’école des histoires individuelles qui ne sont pas valorisées dans le milieu scolaire. Elles sont souvent gommées et contraintes par les attentes normatives d’une institution qui ne reconnaît pas la diversité culturelle de ses élèves comme une richesse individuelle et collective. Face caméra, les enfants se saisissent de leur héritage avec fierté et tendresse, parfois avec doute et colère.

Thémis et Erva, au travers des objets de leurs grands-mères, prennent chacune conscience des différences qui distinguent leur adolescence et la jeunesse de leurs grand-mères. Chelsy nous montre les quelques photos rescapées de l’incendie qui a détruit la maison de sa grand-mère en Côte d’Ivoire. Pragash, tenant son objet religieux hindouiste, avoue ne rien connaître de la guerre civile du Sri Lanka, qui est à la cause de l’exil de son propre père. Si James tient avec fierté la médaille militaire de son grand-père, un Mauricien envoyé faire barrage pendant la guerre de Palestine, son regard change, quand il comprend, face caméra que son grand-père servait avant tout les intérêts de l’empire colonial britannique. Enzo nous décrit le banga qu’il aimerait construire dans son jardin à Noisy-le-Grand, alors qu’il tient une représentation miniature d’un banga, un cabanon qui constitue un rite de passage mahorais que les jeunes garçons construisent pour devenir des hommes. Vladimir lit une recette que sa grand-mère ukrainienne lui préparait, tandis que Sofiane souhaiterait hériter du bracelet kabyle de sa grand-mère, pourtant destiné à sa sœur.

Dans un geste ritualisé, chaque élève scanne son objet en 3D, par la technique de photogrammétrie. Une manière de perpétuer son héritage pour les générations futures, dans une sauvegarde numérique qui veut dépasser les limites de la matière. Dans le film, les prises de parole s’entrecroisent avec une galaxie constituée de tous ces objets scannés, rassemblés au même endroit, comme les histoires individuelles qui cohabitent au sein d’une classe. On déambule à travers les échelles infinies de cette matière numérique. On explore leurs formes, on découvre les détails des textures, on traverse leurs surfaces… Un film qui montre comment des adolescent·e·s découvrent et s’approprient l’histoire de leurs ancêtres. Certain·e·s souhaitent s’en détacher, d’autres la perpétuer et l’intégrer à leur identité de futurs adultes.

En : Chelsy, Enzo, Erva, Pragash, and Vladimir are middle school students in Paris and its suburbs. They bring objects from their grandparents to class and gradually discover surprising things about their origins. In a digital ritual, they scan these relay objects in 3D to perpetuate this heritage.

Les auteurs


IRVIN ANNEIX

Irvin Anneix est un artiste multimédia qui vit et travaille en Ile-de-France. Il collabore avec narrative depuis 10 ans sur des projets comme Photo de classe, L’Amour à la plage, Mots d’ados, La Vingtaine en Quarantaine, ou encore Cher Futur Moi.

Ses projets sont collaboratifs, réalisés main dans la main avec des adolescents. Il a développé un processus de création unique, qui passe par l’utilisation des réseaux sociaux et la création de communautés virtuelles, ainsi que des concepts innovants de réalisation.

Irvin définit un cadre créatif et se positionne en retrait, pour laisser aux participants la liberté de s’emparer d’une idée et d’exprimer toute leur créativité. Il se dégage de ses projets une vérité, une parole libre qui documente l’adolescence de l’intérieur, loin des clichés que l’on a sur cet âge.

YASMINE BENABDALLAH

Cinéaste et artiste visuelle marocaine, Yasmine Benabdallah a fait des études de cinéma et de mathématiques à New York avant de faire un master en arts politiques à Paris. Elle explore principalement des histoires autour de la mémoire, l’identité, la langue et les rituels. Ses films et installations ont été montrés en France, en Egypte, aux Etats-Unis et en Palestine, en plus de résidences en Palestine, au Maroc et en Tunisie.

A travers ses projets, elle travaille sur l’art politique, politique au sens le plus large mais aussi sur l’intersection de l’art et des institutions politiques publiques. D’une manière plus personnelle, elle m’intéresse énormément à l’éducation française républicaine et laïque, ayant été elle-même élève au collège français au Maroc, et ce qu’elle représente d’opportunité mais aussi d’effacement des individualités et de distanciation des vies intimes, surtout quand elles viennent d’autre part.

HÉLÈNE COMBAL-WEISS

Artiste vidéaste, Hélène Combal-Weiss s’intéresse à la relation complexe que l’humain entretient avec la matérialité. Son travail se place à l’intersection de l’art vidéo, des pratiques documentaires et du design d’expériences. C’est principalement avec des institutions culturelles et universitaires (EnsAD-Lab, Atelier Néerlandais, Pavillon de l’Arsenal…) et avec des associations implantées sur des territoires d’Île de France (Cinéma 93, La Maison Pop…) qu’elle collabore.

C’est durant sa formation en design à Londres que naît cette attention particulière au contexte humain, géographique et émotionnel dans lequel s’inscrit tout objet. En 2012 elle co-fonde le studio de création audiovisuelle IMMATTERS qui réalise des vidéos pour révéler les valeurs culturelles des objets et matériaux, par leur constitution, par les méthodes industrielles ou artisanales employées à leur fabrication, et par les personnes qui œuvrent à leur mise en forme.

Si vous souhaitez visionner le film, contactez-nous !

Crédits

Réalisation : Irvin Anneix, Yasmine Benabdallah, Hélène Combal-Weiss

Avec : Erva Balkaya, James Laurent, Enzo Tricoire, Chelsy Dahou Cordier, Thémis Dubois, Sofiane Habbi, Vladimir Lupasco et Pragash Athipalan

Scénographe de l’installation : Marion Flament

Production : narrative, Laurence Bagot

Animation 3D : Louise Golham

Chef opérateur : Julien Hélaine

Montage : Mélanie Braux

Musique originale : Gabriel Marguerie

Etalonnage : Axelle Gonay, studio Shaman-Labs

Mixage : Simon Cacheux

Traductions : Alexander Nedbaev, Kasim-Franck Akar

Avec la participation du DICRéAM et du Fonds Images de la Diversité – Agence Nationale de la Cohésion des Territoires – Centre national du cinéma et de l’image animée

Un film initié dans le cadre d’une résidence artistique, soutenue par le département de la Seine-Saint-Denis dans le cadre du dispositif In Situ – artistes en résidence dans les collèges et Art pour Grandir de la Ville de Paris.

En partenariat avec la Maison des métallos, dans les collèges Paul Valéry à Paris et François Mitterand à Noisy-le-Grand.

© narrative 2022